Lignée

Notre lignée remonte à des centaines d’années, jusqu’à l’arrivée de la famille Chen dans le Henan en provenance du Shanxi, menés par Chen Bu. Cette histoire est omniprésente sur Internet. Il est assez facile de rechercher l’histoire du Taijiquan, qui remonte à Chen Wangting, un ancien militaire dont la retraite a incité à retourner dans son hameau agricole ancestral de Chen Jiagou, dans la province du Henan.

Il vieillissait et n’avait pas grand-chose à faire une fois les récoltes terminées. Il se divertissait en organisant des routines de boxe pour apprendre aux jeunes à devenir des membres honnêtes de la communauté, ou des « lions et tigres ». Il a compilé les nombreuses méthodes de boxe de son clan ainsi que son expérience avec des méthodes internes tirées des traditions spirituelles et de la médecine chinoise.
La famille Chen a une histoire longue et riche, mais pour notre propos, le point important vient du dernier chef officiel de la famille, Chen Fa Ke, qui a déménagé sa famille de Chen Jiagou, à Pékin en 1928.

Statue de Chen Wangting dans le village de Chen Jiagou, en Chine
Chen Fake faisant « qing long chu shui” (le dragon vert sort de l’eau)

Chen Fake était le premier fils de la lignée principale de la famille Chen.
Son neveu, Chen Zhaopi, était allé à Pékin et avait suscité un intérêt pour le style familial. Cependant, lorsqu’on lui a demandé d’enseigner, il a refusé, affirmant que les personnes intéressées devaient apprendre de son oncle, Chen FaKe. Chen Fake, prononcé phonétiquement comme « Chen Fah Kuh », a finalement déménagé à Pékin et a commencé à enseigner publiquement le Gongfu de la famille Chen.
Il a eu deux fils, le premier étant Chen Zhaoxu, puis Chen Zhaokui, et une fille, Chen Yuxia, qui est devenue très célèbre pour son habileté à l’épée droite. Chen Zhaoxu était connu pour être un pratiquant très accompli, mais pendant les périodes de turbulences politiques de la révolution culturelle, il fut emprisonné et tué avant de pouvoir se faire connaître ou transmettre son art. Il laissera un fils, Chen Xiaowang, qui devient aussi très célèbre.

Le deuxième fils de Chen Fake, Chen Zhaokui, a survécu à la révolution culturelle, non sans difficultés.

Une fois plus âgé, Chen Zhaopi, le neveu de Fa Ke, est retourné résider à Chen Jiagou, souhaitant préserver l’art familial dans le village tout au long de ces années d’oppression : pendant la révolution culturelle, l’enseignement du gongfu était illégal, considéré comme un vestige féodal contraire aux idéaux maoïstes, ainsi qu’une menace pour le gouvernement.
Chen Zhaokui résidait à Pékin, où il enseignait à des étudiants dévoués et voyageait dans toute la Chine pour enseigner à ceux qui étaient intéressés et pouvaient payer un peu d’argent.

À la mort de Chen Zhaopi, Chen Zhaokui fut envoyé dans son village natal pour continuer le travail entamé par Chen Zhaopi. Il y a effectué un certain nombre de visites à partir des années 1960, chacun d’une durée d’environ un mois, au cours desquelles il a enseigné à de grands groupes et quelques petites séances.
On sait que Chen Zhaopi étant âgé, il se concentrait principalement sur l’enseignement des formes et méthodes de base aux jeunes de Chen Jia Gou. Les méthodes de tuishou (push hands – poussées de mains) et d’applications martiales qui sont restées (et qui ne proviennent pas d’autres arts martiaux) au sein du village de Chen viennent de l’enseignement de Chen Zhaokui.
Certains des étudiants de ces sessions sont également très célèbres, mais pas spécifiquement pour la méthode enseignée par Chen Zhaokui. Parmi eux, il y a Chen Xiaowang, Chen Zhenglei, Zhu Tiancai et Wang Xian.

Chen Zhaokui faisant “qing long chu shui” (le dragon vert sort de l’eau)
Chen Yu faisant « Bei Zhe Kao » (se pencher et se plier en utilisant le dos)

Il y a (et il y avait) quelques étudiants authentiques et proches de Chen Zhaokui dispersés à travers la Chine, les plus connus étant Yang Wenjing, Yang Wenhu et Zhang Maozhen. Chen Zhaokui n’avait cependant pas de disciples formels car le gongfu était illégal pendant la révolution culturelle.
Chen Zhaokui a eu un fils, Chenyu, qui l’a accompagné lors de tous ses voyages et de ses enseignements dans les villages de Chen, Shijuazhuang, Nanjing, Shanghai et ailleurs, et grâce à l’instruction stricte de son père et à ses talents naturels, ses capacités martiales sont devenues formidables.

Lorsque l’enseignement de Chenyu est devenu plus connu du public dans les années 2000, cela provoqua un choc inattendu dans la société chinoise du gongfu.

Chenyu applique les méthodes qui lui ont été enseignées par son père, qui comprennent notamment une méthode en spirale très complexe du corps connue sous le nom de « Chansijin », le pliage de la poitrine et de la taille connu sous le nom de « Xiongyao Zhedie », etc… Ces méthodes, ainsi que les formes détaillées, sont spécifiques au style de cette lignée et différentes de celles de Chen Zhaopi et de l’enseignement standard actuellement proposé dans le village de Chen.

Marin Spivack est devenu « Tudi » (apprenti privé) de Chenyu en 2002 et s’est entraîné intensivement à ses méthodes en vivant à Pékin pendant quelques années, en voyageant régulièrement et en perfectionnant ses pratiques. Il dirige actuellement une école traditionnelle de Taijiquan gongfu sur la côte est des États-Unis, autour de Boston, dans le Massachusetts, préservant et transmettant ces précieuses méthodes culturelles et martiales.

Marin Spivack faisant “qing long chu shui” (le dragon vert sort de l’eau)

Les pratiques et les formes transmis par Chen Zhaokui et enseignés par son fils Chenyu sont appelés « Chen Shi Taijiquan Gongfu Jia ». Ce nom fait spécifiquement référence aux méthodes de culture interne sur lesquelles cette pratique se concentre, développant une compétence corporelle martiale profondément entraînée et applicable dans la pratique, plutôt que la performance, le sport ou les problèmes purement de santé qui sont souvent popularisés.


Poursuivant la tradition de l’apprentissage privé qui est la méthode éprouvée de transmission de cet art, il existe désormais aux États-Unis la 21e génération de Chen Shi Taijiquan Gongfu Jia Tudi.